AccueilGalerieFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion
                                 Important - Le forum n'est plus très actif. Si vous avez besoin d'aide par rapport au forum, ou pour d'autres raisons, vous pouvez envoyer un e-mail à l'administrateur Théomisès à ce lien.

Partagez | 
 

 De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
galeos
Roi
Roi
avatar

Messages : 2816
Age : 40

Localisation : Dans la matrice d'Ika
Inscrit : 01/03/2012

MessageSujet: Re: De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi   Mer 23 Jan 2013 - 13:57

L'analyse est pertinente mais il manque une dimension que j'ajoute pour la France ...

15 sur les 20€ sont a donné aux pauvres pour qu'ils boivent gratuitement leur bière et en plus aient de quoi subvenir à leur développement pour un jour devenir moins pauvre (ça s'appelle le socialisme), les moins pauvres n'ont rien à dire puisque pour eux rien ne change et qu'ils bénéficient déjà d'avantages que d'autres n'ont pas et qu'il ne faudrait tout de même pas qu'ils s'enrichissent déjà que c'est moyennement acceptable leur situation financière (ça s'appelle la loi du marché ou le capitalisme) et les riches il suffit de continuer à leur faire payer l'addition et s'ils sont pas content on les oblige (ça s'appelle le totalitarisme) ... et pour ajouter à cela on garde les 5€ pour financer les gros malin qui ont pensé à ces fabuleux système (ça s'appelle la démocratie avec notre système politique) et pour maintenir une cohésion sociale on reverse le reste à ceux qui nous aident à garder ce bel équilibre (ça s'appelle le syndicalisme) !

Voilà on a fait le tour de notre belle France qui est un exemple d'intégration de toutes les tendances ... ah non mince on a oublié de se demander si ce [tûuut!!!] de barman ne serait pas éventuellement un étranger qui squatte notre patrimoine national en vendant de la bière importée smile

Signé. Greg alias Galeos, professeur de vie quotidienne

NB. C'est de l'humour je suis pas pour la polémique

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Cykee
Roi
Roi
avatar

Messages : 4327
Age : 48

Localisation : Pas de loin de chez les bettraviers
Inscrit : 14/01/2011

MessageSujet: Re: De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi   Mer 23 Jan 2013 - 14:37

Je vous rappelle que la démocratie, c'est... cause toujours ! ^^

Petite réflexion : y'a une dizaine d'années, j'ai discuté avec Roumain, professeur de Français dans son pays qui avait décidé de venir chez nous pour vivre une vie meilleure. C'était avant que la Roumanie ne fasse partie de l'Union Européenne et il me disait que beaucoup de Roumains regrettaient la période de Ceausescu (petit dictateur pour ceux qui en ont vaguement entendu). Soit, ils n'avaient pas grand chose chez eux, ne pouvaient pas s'offrir grand chose avec leurs salaires minables, mais au moins :

- tout le monde avait du travail ! Bon, faut dire que celui qui se retrouvait sans emploi voyait débarquer dès le lendemain matin deux types patibulaires mais presque, avec lunettes noires et grand imper, appartenant à la Securitate (équivalent de la Stasi Est Allemande ou au KGB Russe). Ils lui donnaient alors un papier avec une adresse où il devait se rendre pour prendre son nouvel emploi (un poil plus efficace que Pôle Emploi, hein ?). Tout refus entraînait un voyage sympathique vers des camps de travaux forcés joyeux sadique

- la délinquance était une chose inconnue : pas de cambriolages, pas de vols, pas d'agression, personne dans les rues pour mendier,...

C'est une histoire vraie, vécue par moi (donc pas de seconde main).

Alors ? Démocratie ou Dictature ? ils sont fous

Moi non plus je ne polémique pas ! lol

_________________
Une bière brassée avec savoir se déguste avec sagesse kimouss
Revenir en haut Aller en bas
ifto
Duc
Duc
avatar

Messages : 957
Inscrit : 09/04/2012

MessageSujet: Re: De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi   Mer 23 Jan 2013 - 19:14

j'ai été 3 semaine en roumanie juste avant que ça entre dans l'UE, et j'ai entendu le mème genre de raport, ils me disaient que "l'entreprise de l'autre coté du fleuve employait plus de la moitier de la ville, aujourd'hui (a l'époque, y'a 8ans) elle est pas loin de poser le bilan, regarde l'état de nos rue (trou partout, immeuble délabré que personne ne refait, chien airant partout, gamins qui mandient a chaque coin de rue et feux rouge, ect), avant, tout était dans un meilleur état, tout le monde avait du travail." ils regrettent cette époque ...

en tout cas, mon message plus haut était surtout pour dénoncer le "système" français sur la taxation massive des riches. je suis loin d'en ètre un (mais j'ai bien l'intention de le devenir !! ), mais ceux qui réfléchisse comprendront que ce sont les riches qui ont des entreprises (petite ou grosse), et que ce sont eux qui nous donne du boulot, alors a force de leur prendre 75% de leurs revenu, normal qu'ils aille ailleurs, mais maleureusement, c'est souvent avec leurs entreprises qu'ils s'en vont, donc bien plus de chaumage ... alors les sommes prélevé au riches, pour les donner soit disant aux pauvres, ça ne sert a rien a part empirer les choses !! c'est le serpent qui se mord la queue !!
et vivre dans un monde d'assisté, ça n'a jamais réussi !! plus on glande rien, plus on vit mieux !!
le changement c'est maintenant qu'il disait ... bah bravo ...
Revenir en haut Aller en bas
Sombre Héros
Roi
Roi
avatar

Messages : 2555
Age : 46

Inscrit : 16/04/2011

MessageSujet: Re: De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi   Mer 23 Jan 2013 - 19:36

voici un texte qui a plus de 100 ans, mais qui , finalement est toujours d'actualité et qui permet quand même de réfléchir...





Qui produit la richesse et à qui profite vraiment sa production ? Dans une brochure écrite en 1907, le socialiste britannique John Wheatley décrit une cour de justice imaginaire où un magnat du charbon, un propriétaire terrien et d’autres protagonistes sont accusés « d’avoir conspiré contre un vieux mineur, Dick McGonnagle, et de l’avoir volé ».

Le pamphlet, "How the Miners are Robbed" (Comment on vole les mineurs), eut un impact considérable avant la première guerre mondiale. Son analyse de classe demeure valable pour les travailleurs d’aujourd’hui, qui continuent de se faire voler. Dans l’extrait qui suit, le juge interroge les témoins. La première personne à se présenter à la barre est le propriétaire de la houillère.

Le propriétaire de la houillère

Juge : Quel est votre nom ?

Sucker : Frederick Michael Thomas Andrew Sucker.

Juge : Vous avez beaucoup de noms !

Sucker : Je proteste !

Juge : Je ne vous ai pas demandé quelle est votre activité. Je désire savoir comment vous en êtes arrivé à posséder autant de noms.

Sucker : Je ne peux répondre à votre question, monsieur le juge.

Juge : Ah ! Voilà qui me parait suspect. Maintenant, voulez-vous bien nous dire quel est le montant de votre fortune ?

Sucker (avec fierté) : Un million de livres sterling.

Juge : Vous devez être un homme extrêmement compétent. Comment êtes vous parvenu à posséder une telle fortune ?

Sucker : Je l’ai faite, monsieur le juge.

Juge : Ah ! Vous vous reconnaissez donc coupable d’avoir fabriqué de la fausse monnaie ?

Sucker (indigné) : Certainement pas !

Juge : Alors pouvez-vous nous expliquer ce que vous voulez dire par « faire fortune » ?

Sucker : Je l’ai gagnée en affaire, monsieur le juge.

Juge : Depuis combien de temps êtes-vous dans les affaires ?

Sucker : Vingt ans, monsieur le juge.

Juge : Vous devez être un travailleur très capable pour avoir gagné une somme aussi énorme en si peu de temps ?

Sucker (indigné) : Je ne travaille pas, monsieur le juge !

Juge : Ah ! Voilà qui est intéressant. Vous ne travaillez pas et, cependant, vous venez de nous dire qu’en vingt ans vous avez gagné un million de livres ?

Sucker : Je possède une houillère.

Juge : Qu’est-ce qu’une houillère ?

Sucker : C’est un puit d’une profondeur d’environ cent toises, ainsi que divers bâtiments et machines pour la production du charbon.

Juge : Avez-vous creusé le puit ?

Sucker : Non, monsieur. J’ai des hommes pour le faire.

Juge : Avez-vous fabriqué les machines et construit les bâtiments ?

Sucker : Non, monsieur. Je ne suis pas un ouvrier. J’ai des gens pour faire ce travail.

Juge : Voilà un cas extraordinaire. Vous dites que d’autres hommes ont construit les bâtiments, fabriqué les machines, creusé le puit, et cependant c’est vous qui possédez la houillère ? Les ouvriers n’en ont-ils pas une part ?

Sucker : Non, monsieur le juge. J’en suis le seul propriétaire.

Juge : J’avoue ne pas comprendre. Voulez-vous de me dire que ces hommes ont fait une houillère en parfait état de marche, pour ensuite vous la remettre sans en garder ne serait-ce qu’une partie pour eux-mêmes ?

Sucker : C’est cela même.

Juge : Ils devaient être extrêmement riches et généreux, ou alors complètement fous ! Etaient-ils des hommes riches ?

Sucker : Mais non, monsieur le juge.

Juge : Avaient-ils d’autres houillères ?

Sucker : Pas une seule, monsieur. Il s’agissait de simples ouvriers.

Juge : Qu’entendez vous par de « simples ouvriers » ?

Sucker : Simplement des gens qui travaillent pour d’autres.

Juge : Voilà assurément des gens qui doivent être bien généreux ! N’ont-ils pas eux-mêmes besoin d’une houillère ?

Sucker : Certainement, monsieur le juge.

Juge : Et pourtant ils n’en possèdent aucune ?

Sucker : Non, monsieur, mais je les autorise à travailler dans la mienne.

Juge : Voilà qui est bien généreux de votre part, mais évidemment pas aussi généreux que le fait de vous avoir offert cette houillère. Vous pensiez peut-être ne pas avoir besoin de l’ensemble de cette houillère, puisque vous pouviez autoriser d’autres à s’en servir ?

Sucker : Vous ne comprenez pas, monsieur le juge. Je ne travaille pas dans ma houillère. Mais je permets aux ouvriers de le faire.

Juge : Ah, je vois ! Après que ces hommes vous aient offert cette houillère, vous ne lui avez pas trouvé d’utilité, et vous la leur avez rendu pour leur éviter d’en ériger une autre ?

Sucker : Non, non, monsieur le juge ! La houillère est toujours à moi. Mais eux, ils y travaillent.

Juge : Décidément, tout cela est très confus. Vous possédez un puit que vous n’avez pas creusé, une usine que vous n’avez ni fabriqué ni érigé. Vous ne travaillez pas dans cette houillère car vous ne voulez pas travailler. Ceux qui ne veulent pas travailler n’ont en général pas de houillère, et pourtant ces gens vous en ont donné une. Les avez-vous imploré de venir travaillez dans votre houillère, puisque vous n’en aviez pas l’utilité ?

Sucker : Pas du tout, monsieur le juge ! C’est au contraire eux qui m’implorent de bien vouloir les autoriser à travailler.

Juge : Mais pourquoi vous implorer de les laisser utiliser votre houillère ? Pourquoi n’en fabriquent-ils pas une pour eux-mêmes, comme ils l’ont fait pour vous ? Mais peut-être leur versez-vous quelque pension pour le fait de travailler dans votre houillère et de la garder en bon ordre ?

Sucker : Oui, bien sûr, monsieur le juge. Je les paie selon la quantité de charbon qu’ils produisent.

Juge : Bien. Voilà qui me semble juste. Alors je suppose que ces hommes vont rapidement devenir très riches ? Ils vont gagner la valeur du charbon qu’ils produisent, ainsi que la rente que vous leur offrez pour maintenir la houillère en bon état ?

Sucker : Ah non, monsieur le juge. Le charbon qu’ils produisent est à moi.

Juge : Comment ? Ils vous remettent le produit de leur travail ? N’ont-ils pas besoin de la valeur de ce charbon ?

Sucker : Certainement, monsieur. Mais c’est mon charbon, produit dans ma houillère.

Juge : Mon cher monsieur, vous m’amusez. Ces gens ont creusé le puit, mis la houillère en ordre de marche et extrait le charbon. Quel est votre rôle là-dedans ?

Sucker : Je leur ai accordé ma permission de faire ces choses, monsieur le juge.

Juge : Vous leur avez permis de creuser le puit, et ensuite vous avez pris le puit ; vous les avez autorisé à ériger l’usine, et ensuite vous avez pris l’usine ; vous leur avez permis d’extraire le charbon, et ensuite vous avez pris le charbon. Est-ce bien cela ?

Sucker : Oui, monsieur, mais je les paie pour faire ces choses.

Juge : Comment avez-vous de l’argent pour les payer, puisque vous ne travaillez pas ?

Sucker : J’ai hérité de 10 000 livres de mon père, j’en ai dépensé une partie, jusqu’à ce que les ouvriers commencent à produire du charbon.

Juge : Comment votre père a-t-il gagné cet argent ?

Sucker : De la même manière, monsieur le juge, tout comme j’ai pu convertir ces 10 000 livres en un million.

Juge : Comment avez-vous fait cela ?

Sucker : En revendant le charbon.

Juge : Est-ce que ces hommes vous emploient pour vendre le charbon ?

Sucker : Mais non, monsieur le juge. Le charbon est à moi.

Juge : Vraiment, votre affirmation semblait si impertinente que je ne l’avais pas prise au sérieux. Est-ce que vous payez ces mineurs avec la somme que vous recevez pour le charbon, moins votre salaire ?

Sucker : Non, monsieur. Je leur donne simplement le plus petit salaire pour lequel je peux trouver des hommes pour ce travail.

Juge : Je dois dire que tout ceci est déconcertant. Pourquoi ces gens ont-ils besoin de vous pour travailler ?

Sucker : Parce qu’ils ne peuvent travailler sans les machines, qui coûtent de l’argent. Nous, les hommes riches, avons de l’argent, et donc des machines, et ces gens doivent travailler ou mourir de faim. Ils sont bien obligés d’accepter nos conditions.

Juge : L’Etat dispose certainement de tout le capital nécessaire pour ouvrir des mines, pourquoi les gens auraient-ils besoin de faire affaire avec vous ?

Sucker : Très certainement monsieur, mais l’Etat est contrôlé par le parlement, qui est composé d’hommes comme moi. Ils ne sont pas assez fous pour faire du tort à eux-mêmes.

Juge : Je ne pensais pas qu’il pouvait y avoir dans le monde des gens aussi stupides que ces travailleurs que vous décrivez. Quelle quantité de charbon un mineur produit-il en une journée ?

Sucker : Environ trois tonnes, monsieur le juge.

Juge : Et à quel prix vendez-vous ce charbon ?

Sucker : A 10 shillings par tonne, monsieur.

Juge : Maintenant, si vous pouviez être assez aimable pour nous dire combien le mineur gagne par jour pour les trois tonnes de charbon que vous revendez au prix de 30 shillings, nous devrions être en mesure de juger de la manière dont vous le traitez.

Sucker : Il reçoit cinq shillings, monsieur.

Juge : Etes-vous sérieux ?

Sucker : Oh oui, monsieur le juge.

Juge : Que devient le reste ?

Sucker : Une petite partie du reste va à l’entretien de la houillère et couvre la dépréciation des machines. Ensuite le duc en reçoit une bonne part sous forme de rentes et de « royalties ». Le reste constitue mon profit.

Juge : Que sont les rentes et les royalties ?

Sucker : Une somme réclamée par le duc en échange du droit à l’exploitation de ses terres.

Juge : Comment ? Bon, cela ne fait rien. J’interrogerais le duc prochainement. Est-ce ainsi que vous en êtes arrivé à posséder un million de livres et que ce vieil homme a sombré dans la pauvreté ? Vous avez vendu son charbon et retenu la majeure partie de son argent.

Votre père a volé le sien de la même manière. Grâce au fruit de ce vol, et au fait qu’il l’a laissé sans un sou, vous avez été en mesure de voler son fils. Si nous laissons cela continuer, votre fils serait encore plus riche que vous, et son fils serait aussi pauvre que son père l’était.

Par conséquent, la capacité de votre famille à réduire sa famille en esclavage pourrait croître avec chaque génération. Heureusement, ce procès va mettre un terme à votre système scandaleux. Vous pouvez maintenant disposer, pour que je puisse interroger d’autres accusés.

Une fois que le prisonnier Sucker a retrouvé sa place entre deux policiers sur le banc des accusés, un homme de forte corpulence et d’apparence rougeâtre, bien nourri et tiré à quatre épingles s’avance à la barre des témoins pour être interrogé. En réponse à la première question du magistrat, il se présente comme étant :

Le Duc d’Hamilton

Juge : Allons, allons, je vous ai demandé votre nom, pas votre activité !

Duc : C’est mon titre, monsieur le juge.

Juge : Votre titre sera peut-être un numéro, une fois que ce procès sera terminé ! Je dois vous avertir de ne pas jouer avec le tribunal. Quel est votre nom ?

Duc : Je n’utilise aucun nom.

Juge : Vous travaillez ?

Duc : Certainement pas.

Juge : Comment ? Vous aussi, vous êtes un paresseux ?

Duc : Non, monsieur. C’est que je n’ai pas besoin de travailler.

Juge : Comme tous les voleurs accomplis ! Pourquoi n’avez-vous pas besoin de travailler ?

Duc : Je suis un homme riche monsieur.

Juge : Comment avez-vous pu devenir riche, puisque vous ne travaillez pas, et puisque c’est le travail qui crée la richesse ?

Duc : Ma fortune est le fruit d’un héritage, monsieur le juge.

Juge : Votre père l’a-t-il gagné en travaillant ?

Duc : Non. Lui aussi était un homme riche.

Juge : Est-ce que votre grand-père, votre arrière grand-père, ou quelqu’un de votre famille a-t-il jamais travaillé ?

Duc : Non, monsieur.

Juge : Comment ont-ils acquis leur fortune ?

Duc : De la même manière que j’ai eu la mienne.

Juge : C’est-à-dire ?

Duc : En autorisant les gens à utiliser mes terres.

Juge : Comment avez-vous eu des terres ? Les avez-vous créées ?

Duc : Ah non, monsieur ! Je crois que Dieu les a créées.

Juge : Les a-t-il créées pour vos ancêtres ?

Duc : Je ne peux le dire, monsieur le juge.

Juge : Vous devez certainement savoir si Dieu les a créées spécialement pour vos ancêtres, ou si ces terres étaient là avant que vos ancêtres en prennent possession ?

Duc : Elles ont toujours été là, monsieur. Mes ancêtres en ont seulement pris possession à la fin du 13e siècle.

Juge : Quel droit avaient-ils de prendre possession de ces terres ?

Duc : Elles leur ont été données par Robert le Bruce.

Juge : Mais Bruce n’a pas crée ces terres, même si c’est lui qui les a données. Il n’avait aucun droit de le faire, et vous n’avez aucun droit moral ou légal dessus. Ne travaillez-vous pas sur ces terres ?

Duc : Non monsieur. J’ai déjà expliqué que je n’ai pas besoin de travailler. J’autorise des milliers d’autres personnes à le faire.

Juge : Pourquoi ne travaillent-ils pas sur leurs propres terres ?

Duc : Parce qu’ils n’en ont pas, monsieur le juge.

Juge : Comment ? Revendiquez-vous toutes les terres de la région ?

Duc : Oui, monsieur le juge.

Juge : Et la plupart de ces hommes utilisent vos terres ou meurent de faim ?

Duc : En effet, monsieur.

Juge : J’espère que vous n’agissez pas comme l’autre accusé, avec ses machines. Est-ce que votre permission se fait à la condition qu’ils vous remettent une partie de ce qu’ils produisent ?

Duc : Bien évidemment, monsieur.

Juge : Est-ce qu’ils le font ?

Duc : Certainement, monsieur. Ils doivent le faire ou mourir de faim.

Juge (à lui-même) : Je comprends maintenant la nécessité d’un enfer éternel. Au Duc : Quel part du charbon des mineurs réclamez vous ?

Duc : J’obtiens généralement, en « royalties » sur le travail de chaque homme, un tiers de son produit.

Juge : Cela signifie que lorsqu’un mineur produit trois tonnes de charbon il vous en donne une ?

Duc : Oui.

Juge : S’il y a 30 000 mineurs travaillant sur vos terres, chacun de ces hommes doit vous donner un tiers de ce qu’il produit ?

Duc : Oui, monsieur le juge.

Juge : Donc vous maintenez que quand 30 000 mineurs travaillent sur vos terres, vous récoltez la production de 10 000 d’entre eux ?

Duc : Oui, monsieur.

Juge : Et ces dix milles hommes doivent risquer leur vie dans les entrailles de la terre pendant que vous êtes peut-être en train de vous amuser quelque part ?

Duc : Oui, monsieur le juge.

Juge : Quelle sorte d’hommes sont-ils ?

Duc : Des hommes endurcis et intelligents, monsieur le juge.

Juge : Pourquoi ne prennent-ils pas possession de ces terres, en les nationalisant ? Ainsi vous ne pourriez plus les spolier du tiers de ce qu’ils produisent ?

Duc : Il n’en sera jamais ainsi, monsieur. Cela serait du socialisme. Ils préfèrent continuer à me payer des royalties.

Juge : Mais même tirer avantage de leur naïveté est un crime terrible. N’avez-vous pas honte d’agir ainsi ?

Duc : Certainement pas, monsieur. C’est autorisé par la loi.

Juge : Et qui écrit les lois ?

Duc : La classe à laquelle j’appartiens. Et elle n’a pas commis d’erreur, monsieur le juge.

Juge : Si tel est le cas, vous en commettez une en pensant que ce tribunal va juger votre classe avec les lois qu’elle a elle-même écrite. Qu’une communauté se laisse abuser par des individus tels que vous est quelque chose qui dépasse mon entendement. Veuillez prendre votre place sur le banc des accusés. Je vais maintenant entendre les plaignants.

Le premier plaignant est Monsieur Dick McGonnagle.

Les accusations du « vieux Dick »

Juge : Quel âge avez-vous, Dick ?

Dick : Cinquante-deux ans.

Juge : Mais vous en paraissez au moins quatre-vingt !

Dick : J’ai du travaillé très dur, monsieur le juge.

Juge : Combien de temps avez-vous travaillé à la mine ?

Dick : Quarante années.

Juge : Y avez-vous travaillé régulièrement ?

Dick : En moyenne cinq jours par semaine.

Juge : Combien de charbon avez-vous produit chaque jour ?

Dick : Près de trois tonnes, monsieur le juge.

Juge : Mon Dieu ! Vous devez être un homme très riche. En 40 ans vous devez avoir produit quelque chose comme 30 000 tonne ?

Dick : Je ne suis pas riche, monsieur le juge.

Juge : On m’a dit que ce charbon est vendu à 10 shillings la tonne ?

Dick : Je n’en sais rien.

Juge : Alors, je suppose que vous n’avez pas conscience que le prix du marché du charbon que vous avez produit serait de 15 000 livres ?

Dick : Je n’avais pas conscience de cela, monsieur le juge.

Juge : Quel salaire avez-vous reçu ?

Dick : En moyenne, 25 shillings par semaine.

Juge : Mon Dieu ! Cela signifie que vous vous êtes fait escroqué de près de 12 500 livres ! Que sont devenus ces 12 500 livres que vous vous êtes fait voler ?

Dick : Je ne sais pas.

La défense expliqua qu’il serait prouvé que les accusés s’étaient partagés la somme entre eux, allant même par la suite jusqu’à spolier le vieil homme de la maigre part qu’il avait reçu.

Juge : Etes-vous toujours employé à la mine ?

Dick : Oui, monsieur le juge.

Juge : Ne trouvez-vous pas quand même difficile d’allez à la mine ?

Dick : Oui. Je dois maintenant partir une demi-heure plus tôt qu’autrefois, car je dois reprendre mon souffle tous les cent mètres.

Juge : Comment rejoignez-vous la veine de charbon après être descendu dans la mine ?

Dick : Un jeune homme m’y conduit dans un wagon.

Juge : Il vous dépose là pour que vous récoltiez votre charbon ?

Dick : Oui.

Juge : Et quand vous l’avez récolté, ces hommes vous le volent ?

Dick : Oui, monsieur le juge.

Juge : Les autres travailleurs vous ont-ils volé, aussi ?

Dick : Cela m’est arrivé juste une fois, monsieur le juge. Un autre mineur s’est attribué une charrette de charbon que j’avais remplie. Il a été chassé de la mine. Mais le duc m’a volé une charrette sur trois depuis 40 ans, et je crois qu’il faudrait le chasser, lui aussi.

Après avoir entendu les témoignages d’un « socialiste » contre les prisonniers et d’un ecclésiastique pour les soutenir, le juge se leva pour donner son verdict. Il expliqua n’avoir eu aucune difficulté à reconnaître les prisonniers coupables.

Revenir en haut Aller en bas
ifto
Duc
Duc
avatar

Messages : 957
Inscrit : 09/04/2012

MessageSujet: Re: De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi   Mer 23 Jan 2013 - 20:07

c'est long, mais c'est vrai ! ça fait un peu ouvrir les yeux aussi !!
Revenir en haut Aller en bas
Cykee
Roi
Roi
avatar

Messages : 4327
Age : 48

Localisation : Pas de loin de chez les bettraviers
Inscrit : 14/01/2011

MessageSujet: Re: De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi   Mer 13 Mar 2013 - 14:23

Tiens, un petit document intéressant que j'avais récupéré et qui est toujours visible ici :
http://lexpansion.lexpress.fr/economie/les-vrais-revenus-des-elus_251456.html?p=2

Aucune pub de ma part pour l'express, c'est le contenu qui compte.
Si après ça, ils continuent à faire des redressement fiscaux, c'est qu'on n'est pas tous égaux devant la loi !

_________________
Une bière brassée avec savoir se déguste avec sagesse kimouss
Revenir en haut Aller en bas
galeos
Roi
Roi
avatar

Messages : 2816
Age : 40

Localisation : Dans la matrice d'Ika
Inscrit : 01/03/2012

MessageSujet: Re: De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi   Mer 13 Mar 2013 - 15:06

Je vois pas le rapport entre l'article et ton commentaire ? Sans politique aucune pour comparer des choses justes par contre il faut et avoir le salaire moyen des élus et le volume d'élus moyens par citoyen ... pour faire clair si les gars sont 2x moins payés que dans d'autres pays mais qu'on en à 5x plus c'est toujours trop payé ou alors faut moins de monde smile

NB. Je suis personnellement A-politique donc pas de reproche à gauche ou droite ... Pour moi ils sont tous aussi mauvais

_________________
Revenir en haut Aller en bas
personne
Comte
Comte
avatar

Messages : 456
Age : 42

Localisation : marseille
Inscrit : 30/09/2010

MessageSujet: Re: De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi   Mer 13 Mar 2013 - 20:27

Vive Francois 1er
ils ont mis un drap blanc sur la devanture de la place St pierre
mdrrrrrrrrrrrr
au moins c est sur que celui ci est vierge
Revenir en haut Aller en bas
nikita
Comte
Comte
avatar

Messages : 381
Localisation : A califourchon sur mon joujou entre Marseille et Montpellier
Inscrit : 23/01/2013

MessageSujet: Re: De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi   Mer 13 Mar 2013 - 23:28


Tu confondrais pas avec l'immaculé sir concision !!???? Sont tous censés être exempt du péché originel même le sacré COEUR de la vierge Marie .... hein Maurice ???

mdr mdr mdr

Revenir en haut Aller en bas
Cykee
Roi
Roi
avatar

Messages : 4327
Age : 48

Localisation : Pas de loin de chez les bettraviers
Inscrit : 14/01/2011

MessageSujet: Re: De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi   Jeu 14 Mar 2013 - 1:03

Pas de politique pour moi également... mais lorsqu'on a des élus qui votent des lois pour s'augmenter ou pour qu'ils ne soient pas punis en cas de fraude fiscale, j'appelle ça une dictature parlementaire !

Ils devraient prendre exemple sur leurs collègues Norvégiens ou Danois qui ont un self (pas un resto gastronomique à 20 euros) et dont les dépenses sont sévèrement contrôlées dans le cadre de leur mandature. On ferait de sacrés économies en commençant par là winck

_________________
Une bière brassée avec savoir se déguste avec sagesse kimouss
Revenir en haut Aller en bas
ifto
Duc
Duc
avatar

Messages : 957
Inscrit : 09/04/2012

MessageSujet: Re: De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi   Jeu 14 Mar 2013 - 7:11

que de sage paroles cykee. moi je préfère rien dire, pour ne pas risquer d'en froisser certain. (mais je me demande toujours comment un guignol pareil a fait pour devenir président; ce sont vraiment les média qui font les élections, c'est hallucinant la crédulité des gens)
Revenir en haut Aller en bas
galeos
Roi
Roi
avatar

Messages : 2816
Age : 40

Localisation : Dans la matrice d'Ika
Inscrit : 01/03/2012

MessageSujet: Re: De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi   Jeu 14 Mar 2013 - 8:50

Ben chez nous aussi ils ont ça Cykee / Un self service c'est bien quand on se sert tout seul sans demander l'avis aux autres non

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Cykee
Roi
Roi
avatar

Messages : 4327
Age : 48

Localisation : Pas de loin de chez les bettraviers
Inscrit : 14/01/2011

MessageSujet: Re: De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi   Jeu 14 Mar 2013 - 17:11

mdr

Excellente comparaison, j'adhère !!!

_________________
Une bière brassée avec savoir se déguste avec sagesse kimouss
Revenir en haut Aller en bas
ifto
Duc
Duc
avatar

Messages : 957
Inscrit : 09/04/2012

MessageSujet: Re: De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi   Ven 22 Mar 2013 - 13:48

"voila monsieur, vous ètes désormais propriétaire !! " dit le notaire en me tendant les clé de l'appart' ça fait plaisir de s'endetter !
Revenir en haut Aller en bas
Cykee
Roi
Roi
avatar

Messages : 4327
Age : 48

Localisation : Pas de loin de chez les bettraviers
Inscrit : 14/01/2011

MessageSujet: Re: De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi   Mar 30 Avr 2013 - 14:40

Un long article sur l'Afghanistan...
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-argent-distribue-par-la-cia-en-135029

Au passage, je vous invite à voir le film "Des hommes d'influence", cynique au possible, criant de vérité et extrêmement bien joué par De Niro et Dustin Hoffman. Avec une musique de Mark Knopfler pour arranger le tout (Wag the Dog en V.O.)

_________________
Une bière brassée avec savoir se déguste avec sagesse kimouss
Revenir en haut Aller en bas
ifto
Duc
Duc
avatar

Messages : 957
Inscrit : 09/04/2012

MessageSujet: Re: De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi   Sam 18 Mai 2013 - 0:19

j'ai trouvé ça excellent !!

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=ZNM0ENUCO5I
Revenir en haut Aller en bas
ifto
Duc
Duc
avatar

Messages : 957
Inscrit : 09/04/2012

MessageSujet: Re: De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi   Dim 23 Juin 2013 - 18:54

> > > > En 2012 après Jésus-Christ, Dieu visite Noé et lui dit : "Une fois encore, la terre est devenue invivable et surpeuplée. Construis une arche et rassemble un couple de chaque être vivant ainsi que quelques bons humains. Dans six mois, j'envoie la pluie durant quarante jours et quarante nuits, et je détruis tout !"
Six mois plus tard, Dieu retourne visiter Noé et ne voit qu'une ébauche de construction navale.

> > - Mais, Noé, tu n'as pratiquement rien fait ! Demain il commence à pleuvoir !

> > - Pardonne-moi, Tout Puissant, j'ai fait tout mon possible mais les temps ont changé :

> > - J'ai essayé de bâtir l'arche mais il faut un permis de construire et l'inspecteur me fait des ennuis au sujet du système d'alarme anti-incendie.

> > - Mes voisins ont créé une association parce que la construction de l'échafaudage dans ma cour viole le règlement de copropriété et obstrue-leur vue. J'ai dû recourir à un conciliateur pour arriver à un accord.

> > - L’urbanisme m'a obligé à réaliser une étude de faisabilité et à déposer un mémoire sur les coûts des travaux nécessaires pour transporter l'arche jusqu'à la mer. Pas moyen de leur faire comprendre que la mer allait venir jusqu'à nous. Ils ont refusé de me croire.

> > - La coupe du bois de construction navale s'est heurtée aux multiples Associations pour La Protection de l'Environnement sous le triple motif que je contribuais à la déforestation, que mon autorisation donnée par les Eaux et Forêts n'avait pas de valeur aux yeux du Ministère de l'environnement, et que cela détruisait l'habitat de plusieurs espèces animales. J'ai pourtant expliqué qu'il s'agissait, au contraire de préserver ces espèces, rien n'y a fait.

> > - J'avais à peine commencé à rassembler les couples d'animaux que la SPA et WWF me sont tombés sur le dos pour acte de cruauté envers les animaux parce que je les soustrayais contre leur gré à leur milieu naturel et que je les enfermais dans des pièces trop exiguës.

> > - Ensuite, l'agence gouvernementale pour le Développement Durable a exigé une étude de l'impact sur l'environnement de ce fameux déluge.

> > - Dans le même temps, je me débattais avec le Ministère du Travail qui me reprochait de violer la législation en utilisant des travailleurs bénévoles. Je les avais embauchés car les Syndicats m'avaient interdit d'employer mes propres fils, disant que je ne devais employer que des travailleurs hautement qualifiés et, dans tous les cas, syndiqués.

> > - Enfin le Fisc a saisi tous mes avoirs, prétextant que je me préparais à fuir illégalement le pays tandis que les Douanes menaçaient de m'assigner devant les tribunaux pour "tentative de franchissement de frontière en possession d'espèces protégées ou reconnues comme dangereuses".

> > Aussi, pardonne-moi, Tout Puissant, mais j'ai manqué de persévérance et j'ai abandonné ce projet.

> > Aussitôt les nuages se sont dissipés, un arc-en-ciel est apparu et le Soleil a lui.

> > - Mais tu renonces à détruire le monde ? demanda Noé.

> > - Inutile, répondit Dieu, l'administration s'en charge.
Revenir en haut Aller en bas
Cykee
Roi
Roi
avatar

Messages : 4327
Age : 48

Localisation : Pas de loin de chez les bettraviers
Inscrit : 14/01/2011

MessageSujet: Re: De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi   Sam 6 Sep 2014 - 6:31

Petit comparatif à quelques mois ou années d'écart, de la même zone géographique en Californie où l'eau est ponctionnée sans vergogne dans les bassins réservoir... Le nevada ne va pas tarder à avoir la même physionomie. La bêtise humaine n'a pas de limite

http://www.demotivateur.fr/article-buzz/18-images-terrifiantes-avant-apr-s-de-la-catastrophe-qui-touche-les-etats-unis--971

_________________
Une bière brassée avec savoir se déguste avec sagesse kimouss
Revenir en haut Aller en bas
ulrich25
Baron
Baron
avatar

Messages : 195
Age : 20

Localisation : sur mon ordi. Oui,sur...
Inscrit : 19/10/2013

MessageSujet: Re: De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi   Sam 6 Sep 2014 - 11:39

ça fait peur shoked

_________________
La première route vers le savoir c'est d'avouer que l'on ne sait pas
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi   

Revenir en haut Aller en bas
 
De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi
» Dubaï M. Alexandresco- La vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie.
» Des pandas dans WoW, c'est n'importe quoi :D
» Nan..d'accord, ça sert à rien..mais les jeu fb...ça le fait
» Tout et rien sur le CD-I

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chrysopoles - Alliance FCH :: Les Lieux Publics :: Taverne-
Sauter vers: